The Daily Shaarli

All links of one day in a single page.

October 16, 2018

The Exploited : a punk is dead
thumbnail

La dérive (prévisible) de "l'apolitisme" et de la "provoc" sans réflexion... avec un mort à la clé.

Samedi 18 février, The Exploited se produisait dans un club de Saint-Petersbourg, devant plus de 1 500 personnes. A la fin du concert, une bagarre éclate à la sortie du club. Igor S, un punk de 27 ans, est poignardé à mort. Selon les premiers témoignages, notamment de son amie, la victime aurait demandé à des « fans » du groupe d’arrêter de faire des saluts nazis. Ces derniers auraient répliqué à coups de couteau.

L’histoire, si fatale soit-elle, pourrait se cantonner à un simple fait divers, avec un concert comme cadre. Sauf qu’on parle ici d’un groupe qui depuis des décennies joue de manière ambiguë avec ses positions (a)politiques. Lors de ce concert, plusieurs saluts nazis auraient été faits en toute impunité.

Et comme trop souvent, derrière l'apolitisme de façade, il y a le refus d'assumer des positions pourtant bien politique et bien brunes, assénées au nom de la "provoc" :

Le leader historique du groupe cultive les provocations racistes et homophobes : par ses textes (« Jesus is dead. He is a fucking jew », à 2’45 dans cette vidéo) ; par certains de ses tatouages, dont une croix gammée (fait dans sa jeunesse par provocation, selon lui) ; par ses amitiés déclarées avec Ian Stuart, ex-chanteur du groupe de RAC, Skrewdriver, et fondateur du National Front et du Blood & Honour ; par sa haine viscérale pour Jello Biafra (Dead Kennedys), plusieurs fois traité de tapette et de PD.

La Chine reconnaît l'existence de camps de détention pour musulmans
thumbnail
Ursula Le Guin : La théorie de la Fiction-Panier
thumbnail

Si on l’envisage correctement, la science-fiction, comme toutes les fictions sérieuses quoique drôles, est une tentative pour décrire ce qui est en train de se passer, ce que les gens font et ressentent réellement, comment ils se relient à toutes les autres choses que contient ce grand sac, ce ventre de l’univers, cet utérus des choses qui seront et cette sépulture des choses qui ont été, cette histoire interminable. En son sein, comme dans toute fiction, il y a suffisamment de place pour garder l’Homme à sa place, là où il doit être dans l’ordre des choses ; suffisamment de temps pour cueillir une profusion d’avoine sauvage et aussi pour les semer, pour chanter à la petite Oom, pour écouter la blague de Ool, pour regarder les tritons et pour que l’histoire ne s’arrête pas là. Il y encore des graines à cueillir et il y a encore de la place dans le sac des étoiles.

Sous une fausse bannière. Comment l’extrême droite adopte des symboles antiquisants de la culture-pop dont l’histoire a pourtant tout pour lui déplaire
thumbnail

Qu’un simple regard sur les origines de la bannière choisie par un mouvement, voulant imposer une stricte séparation des cultures, mette au jour une histoire faite d’homosexualité, de mélange culturel, d’antifascisme et d’émigration, ne doit rien au hasard. C’est au contraire symptomatique d’une vérité qui vaut en particulier pour la culture pop mais aussi, et ce depuis l’Antiquité, pour la culture en général. Elle est toujours et partout le produit de l’entrelacement et de l’imprégnation réciproque d’influences très diverses. Même l’histoire récente de la culture-pop navigue sur des eaux transculturelles qui sont tout sauf peu profondes. En s’appuyant sur un postulat identitaire de division et d’exclusion, les escrocs, bateliers et charlatans de la xénophobie ne peuvent qu’y faire naufrage.

Thread by @JulesGrandin:
thumbnail

Donc il n'y a pas de « vraie » projection, ni de « vraie » forme, échelle, ou distance des pays entre eux sur une carte plane. La seule et unique façon de représenter correctement la planète est le globe terrestre. Toutes les autres manières de le faire ont leurs travers

Donc l'objectivité cartographique plane est une chimère [...]

La projection de Mercator est donc une projection qui a une FONCTION : celle de l'orientation. N'est-ce pas là le but premier d'une carte d'ailleurs ?

Donc méfiez-vous des articles titrés genre « Cette carte du monde vous ment !! », « Ce planisphère est un énorme mensonge » ou encore « Voici la VRAIE carte du monde qui présente les VRAIES CHOSES ».